1er Tour de l’Election Ivoirienne : Des Leçons à tirer pour le Bénin ?


Le peuple frère et ami de la Côte d’Ivoire vient de passer avec maestria et sérénité, la première phase de son examen démocratique après 11 (mais en réalité 17) année de crises politiques, économiques et sociales de grande ampleur. Le pays d’Houphouët-Boigny, l’Eléphant d’Afrique, autrefois cité comme havre de paix, de concorde, mosaïque multiethnique et multiculturelle de l’Afrique occidentale, a versé le prix de la haine, du sang et des larmes. Le voilà aujourd’hui lancé vers sa réhabilitation politique, gage d’une renaissance économique prochaine pour un pays plein de potentialités et de ressources humaines de qualité. Renaissance économique qui devra servir à reconstruire une nouvelle société qui partagera mieux, protègera plus et considèrera chacun selon son mérite et dans la dignité. Les africains que nous sommes sortirions grandis d’un second tour pacifique et incontesté qui déboucherait sur l’élection d’un président accepté de tous. Une telle issue à la crise ivoirienne nous grandirait disais-je aux yeux de ceux là qui de loin tentent de gouverner l’Afrique et qui lorsqu’ils échouent, se bornent à décrire l’homme africain comme dépourvu d’histoire, de valeurs humanistes, de capacités de progrès sans assistance et d’inculture démocratique définitive.

Les Béninois que nous sommes, avons eu l’immense opportunité d’accomplir notre transition socio- politique sans violences, sans morts, sans balkanisation de notre territoire ni stigmatisation d’un groupe ethnique par rapport aux autres. Nous avons eu la chance de connaître dès 1991 des élections démocratiques et libres. A l’aube de la 5ème élection présidentielle de l’ère du Renouveau Démocratique, notre pays connait des tensions politiques d’une rare acuité. Il est soumis à des soubresauts sociaux qui ont manqué d’atteindre le stade de la friction à la bourse du travail il y a quelques semaine et nos populations sont encore soumises aux contrecoups économiques de la scabreuse affaire ICC Services et consorts. Des éléments qui, mis bout à bout, font craindre un supplément de pesanteurs sur le scrutin de Mars 2011. Comme si cela n’était pas suffisant, la classe politique s’écharpe autour de la Liste Electorale Permanente Informatisée et de son utilisation ou non pour les échéances à venir. Cette LEPI devenue la liste de tous les dangers, sensée être l’outil majeur de sécurisation du processus électoral, est en passe de devenir le point d’achoppement.

Aussi, il m’a plu de m’intéresser de près à l’élection présidentielle ivoirienne et de la comparer avec d’autres élections réussies en Afrique (Ghana, Tanzanie notamment), pour en tirer 5 leçons qui peuvent servir au Bénin. J’entends déjà les esprits forts nous dire que comparaison n’est pas raison, que la Côte d’Ivoire n’est pas le Bénin et que les réalités ne sont pas les mêmes. Je leur répondrai que nous parlons ici de forme et non de fond, que l’expérience des autres peut être un bon maître d’école et surtout que les périls qui menacent nos nations cinquantenaires sont généralement les mêmes.

1-La Liste Electorale

Remarquons que la liste électorale utilisée en Côte d’Ivoire a été mise en place près de 3 ans avant l’Election du 1er Octobre. Qu’elle a été réalisée en trois grandes phases et avec une multitude de croisements entre différents fichiers d’état-civil, de police, des services fiscaux et judiciaires. Remarquons surtout que tous les acteurs ont été réunis autour de la table et que jusqu’au bout, chacun a pu faire prévaloir ses réserves et obtenir les assurances nécessaires. Si la liste finale a été validée à deux mois du scrutin, elle n’a connu en définitive que des réajustements mineurs (0.5%) par rapport à sa version de 2008. Je vous laisse faire la comparaison avec notre LEPI qui n’en est péniblement qu’à sa seconde phase et qui est déjà rejetée par l’opposition parlementaire au motif qu’elle serait bâclée. Ceci à 5 mois de nos élections.

2-La Commission Electorale Indépendante

La encore, la Côte d’Ivoire l’a installée il y a plus de deux ans. Et malgré ce laps de temps relativement important mais en phase avec les enjeux, elle a connu moult agitations et son président initial a du se désister. Le Bénin dans ce domaine aurait pu s’offrir 9 mois pour installer et rendre opérationnelle la CENA. Mieux, nous aurions pu nous intéresser aux exemples ghanéens, sénégalais ou maliens qui ont donné à cette institution un rôle permanent et parfois constitutionnel. Avec les bisbilles entre la Cour Constitutionnelle et le Parlement au sujet des lois électorales, le délai de 6 mois pour l’installation de la CENA ne sera pas tenu. Nous ne savons même pas avec quelle loi nous irons aux élections.

3-Les candidatures

Vous remarquerez que pour un territoire 3.5 fois plus grand, un contexte de sortie de crise et une caution de 5 millions, la Côte d’Ivoire s’est pourtant contentée de 14 candidats. Vous noterez également que chaque candidat était tenu de préciser s’il concourrait sous la bannière d’un parti ou alliance politique ou en tant qu’indépendant. Ajoutons à cela l’absence de restrictions particulières pour être candidat, pas même un critère de résidence particulier. Constatons également la prise en charge d’une partie de l’affichage public par la Commission Electorale afin de faire connaître tous les candidats dans tout le pays. Ajoutons enfin, l’obligation faite aux chaînes publiques, d’organiser un débat avec chacun des candidats à une heure de grand écoute, en additif des traditionnels spots et messages de campagne afin qu’ils présentent leur parcours et leurs projets.

4-La communication

Tant la CEI dans son rôle d’informateur et d’éducateur sur la paix, la sécurité mais également la procédure de vote, que les médias ont innové et ravi.Les clips de sensibilisation de la société civile, des stars appréciées par la population,ont permis de toucher un public élargi et de rasséréner le lien social. Les candidats eux-mêmes ont passionné par leurs capacités de mobilisation, leurs stratégies d’animation innovantes, le déploiement de leurs offres politiques. C’est ainsi qu’on a pu s’amuser du slogan provocateur autant qu’évocateur d’un candidat, s’intéresser au chiffrage du programme d’untel, admirer la grande parade urbaine des derniers jours ou la campagne de proximité silencieuse mais semble t-il efficace de tel autre. Ce sont des choses plus qu’intéressantes qui montrent que les politiciens et les médias doivent s’adapter aux mutations de nos sociétés notamment à la jeunesse. Voilà une pierre dans le jardin de nos politiciens et de nos médias qui pensent souvent que la pré- campagne et la campagne électorale se limitent à des invectives, des couvertures de meeting et à la retranscription de déclarations de soutiens et autres faits divers loufoques.

5-La place de la Jeunesse

En Côte d’Ivoire également, la jeunesse tutoie les 65% de la population. Elle a soif de liberté, de savoir, d’évolution. Elle a des désirs ardents et rêve de modernité. Elle est surtout un électeur qu’on ne traite pas comme un autre. Comme au Bénin, 90% des internautes sont des jeunes, 70% des utilisateurs de mobiles également. On a vu des candidats septuagénaires, non plus se contenter de s’habiller comme des jeunes ou de les haranguer hautement. Ils ont du parler, danser, penser comme des jeunes pour pouvoir toucher le cœur de cette cible. Ils ont du abandonner les schémas classiques et créer des Directions Nationales de Campagnes pour la Jeunesse. Ils ont du toiletter leurs propositions et adapter les priorités à celles de la Jeunesse : santé, emploi, éducation. Autant dire que la jeunesse ivoirienne a su peser dans le scrutin à plusieurs niveaux. Médiatiquement, en se faisant inviter à tous les débats d’importance. Socialement en étant le pivot incontournable de la campagne électorale et non une pièce de bétail. Enfin numériquement en sortant massivement voter et en réalisant un vote transethnique basé sur ses préoccupations tandis que ses aînés se confortaient dans le repli identitaire classique. En cela, elle a sans doute modifié le cours du scrutin en éliminant le candidat le plus âgé (pourtant représentant du parti le mieux implanté) et en se donnant le choix entre le candidat «  de la solution » et celui de «  l’indépendance ».

Indépendance et Solutions pour son Avenir : n’est ce pas ce que recherche aussi la Jeunesse Béninoise ?

Lionel Kpenou-Chobli

Conseiller en Affaires Juridiques et Publiques

https://lionelchobli.wordpress.com

1er Tour de l’Election Ivoirienne : Des Leçons à tirer pour le Bénin ?

5 réflexions sur “1er Tour de l’Election Ivoirienne : Des Leçons à tirer pour le Bénin ?

  1. Luke KPENOU dit :

    bel article Lionel coe à ton habitude
    j’aime bien la partie sur la C.E.I ivoirienne
    qui malgré les contestations mineures et quelques ratés à quand meme
    su etre à la hauteur de l’évènement et éviter le pire.
    Malheureusement pr notre pays le BENIN, nous en sommes à donner l’exemple
    ridicule de realisation d’une LEPI à pas de charge, avec les memes erreurs
    et une conduite unilatérale du processus. Vivement que la raison l’emporte sur la passion ou
    les calculs politiques égoïstes,car quand surviendra le « pire » seul le vrai peuple en pâtira.
    Le Benin après avoir été un pionnier , se cherche désespérément entre cafouillages et volonté de tripatouillage…après l’exemple de 90, serions nous un contre exemple en 2011 ?
    que Dieu nous en épargne.

  2. Nike dit :

    Bravo a la Cote d’ivoire…Cette election augure d’un renouveau qui nous met a tous le baume au coeur! Vivement que la CI guerisse des turbulences passees. Tes observations sont pertinentes mais
    qu’ont ils fait du technocrate? Je taquine…

      1. Nike dit :

        « Aux ames bien nees…. »

        Il faut 10 ans a certains pour prendre le poul de leur pays surtout quand il y a eu des remous gravissimes qui ont mene a une guerre civile… d’autres ont besoin de bien moins (compte tenu de leurs parcous personnel, et des conditions qui prevalent dans leur pays)…L’idee c’est que les etiquette et les moules apportent peut etre un point de depart dans nos conversations…mais ne nous apportent pas forcement les solutions…
        il faut regarder derriere et a cote pour s’assurer de tirer des lecons d’experiences passees et / ou en cours…mais avoir le courage de definir un chemin innovant pour notre pays…
        Je lis toujours ton blog avec beaucoup de plaisir

  3. Compilation des Commentaires Facebook :

    Mouss A., Alain Ahounou, Beningate Benin et 11 autres personnes aimez ça.

    *
    Virgile Ablefonlin Un seul mot d’ordre pour le Benin , éviter une nouvelle erreur de Casting à la présidentielle .
    4 novembre, à 17:03 · J’aimeJe n’aime plus

    *
    Lionel Fabrice Kpenou Chobli C’est à nous de faire les bons choix !
    4 novembre, à 17:43 · J’aimeJe n’aime plus · 1 personneChargement…

    *
    Habiatou Baldé Soumaré Si si je kiffe l’article et je dis : tous les pays africains devraient aller vers des elections plus sures, plus fiables et donner une plus grande place aux desirs des jeunes. Mais les jeunes peuvent aussi arracher leur destin.
    4 novembre, à 19:24 · J’aimeJe n’aime plus

    *
    Melo Hounsounou
    cet article ne fait que nous faire prendre conscience à quel point notre pays sensé est berceau de démocratie navigue à vue lorsqu’il s’agit d’organisation d’élections qui sont pourtant l’essence et le moteur même de toute démocratie réelle…. Je me rends compte que dans bien des démocraties modernes on n’entend jamais (ou presque) parler des phases techniques (recensement, enregistrement, loi électorale, qui organise les élections, qui nomme les organisateurs, la gestion de l’affichage, organisation des débats télévisuels etc…) qui précèdent la campagne électorale et les élections proprement dites. ce serait un objectif louable d’aboutir à un tel niveau de maturité politique et organisationnelle d’ici les 10 prochaines années…. ça ne ferait que(!?) 30 ans de vie d’expérience démocratique. 30 ans, presque l’âge du Christ!Afficher la suite
    4 novembre, à 19:41 · J’aimeJe n’aime plus

    *
    Arnold Fagbohoun
    tres bon article. le principal enseignement que je tire de ces élections est que la jeunesse ivoirienne est définitivement libre et mure. elle n’estsous aucune domination de résaux tissés depuis de long date entre le colon et les premiers c…itoyens de l’indépendance? en votant comme ils l’ont fait les jeunes ivoiriens ont juste agit en fonction de leurs rêve de leur désir d’avenir et de leurs coyances respectives
    je souhaite que cet exemple de la jeunesse ivoirienne puisse inspirer les jeunes béninois.
    Si les choses se sont ainsi passées en cote d’ivoire c’est aussi parce que les partenaires au développement de la cote d’ivoire ont joué franc jeux. il ne pouvait en être autrement car les jeunes ivoiriens qui ont dailleurs jouer un rôle de premier plan dans la situation sociopolitique actuelle de la cote d’ivoire ont toute lecture des relations avec ces partenaires au développement.

    ayant perdu du terrain en côte d’ivoire ces gens qui se disent les amis d’afrique; ce sont rabattu sur le bénin comme base arrière pour continuer leur destabilisation de la sous région. sinon coùùent comprendre qu’en côte d’ivoire pour ces élections que ces gens aient eu un comportement favorable à la paix pendant que chez nous ils prennent fait ét cause pour un camp contre un autre.

    les jeunes béninois doivent se mobiliser pour détruires tous ces réseaux qui tenterons de lui imposer des dirigeants qui ne correspondres pas a son choix d’avenir.

    merci lionel pour cette reflexion livrée à la lecture pour tous les jeunes et je souhaite vivement qu’ils le lisent

    bien @ toiAfficher la suite
    4 novembre, à 21:04 · J’aimeJe n’aime plus

    *
    Lionel Fabrice Kpenou Chobli
    ‎@Haby : Effectivement on voit que quand la majorite (càd les jeunes) se sent libre, concernée et prise en compte dans le debat politique, elle s’exprime par une adhesion massive, une participation retentissante et des choix très clairs. Ca… devrait etre une constante de nos elections. La jeunesse ivoirienne est en train de se créér une nouvelle voie, de nouvelles valeurs et une nouvelle espérance. Je trouve ça tout simplement formidable si le processus est mené à terme. Cette jeunesse que les differents camps manipulaient pour la violence, s’est saisie de sa propre arme : son vote, ses problèmes et ses envies.

    @Melo : Effectivement il faut que nous beninois cessions de croire et de clamer que nous sommes sortis de la cuisse de jupiter en termes de democratie. La democratie s’apprend, s’entretient et se cultive et nous sommes encore loin. Il est imperatif de regarder en nous mêmes et autour de nous pour faire les reformes politiques mais également comportementales qui s’imposent. Notre constitution est a réformer et même pas forcément là ou l’on pense, nos institutions sont à remodeler, de même que les conditions de participation à la vie politique. Sans ça, nous aurons un fossé croissant entre le peuple et les dirigeants.

    @Arnold : La réflexion est partagée avec plaisir puisque je sais beaucoup de mes frères, soucieux des mêmes problématiques que moi. Effectivement c’est une expérience à analyser, intégrer et adapter à nos réalités. J’ai été saisi par une chose : le plateau d’Africa 24 consacré à la Jeunesse. On avait de vrais jeunes, membres de partis ou pas, ayant un métier, une vision de leur pays, des choix clairs, un discours complet. Pas des ministres corrompus de 35 ans qu’on appelle pompeusement jeunes, pas des députés sclérosés de 39 ans qui pensent qu’un polo fait la jeunesse. Ca m’a émerveillé et je me suis demandé : quand avons-nous eu et aurons-nous ce genre de débat au pays ? Surtout, ça ne citait pas Molière ou Kennedy, ça parlait des problèmes réels, des défis du quotidien.Afficher la suite
    4 novembre, à 22:24 · J’aimeJe n’aime plus · 1 personneChargement…

    *
    Listo’neal Odom
    Ce qui est sûr la côte d’Ivoire et sa jeunesse n’avaient pas trop le choix…Après dix ans de guerre civile et de coexistence pacifique…ils avaient intérêt à organiser de bonnes élections et se mettre rapidement dans les rangs…On dit so…uvent quand tu as goûté à la guerre après avoir connu à la paix tu n’as plus envie d’y retourner….Et c’est le cas de la C.I… Moi je n’ai rien à tirer de cette élection….et en plus ils ont intérêt à aller au bout et surtout à retrouver rapidement le statut qui était le leur, il y a une quinzaine d’année….
    Le Bénin est juste une démocratie qui doute….comme toutes les grandes démocraties à un moment donné de leur vie….Mais de là à tirer des leçons de ce 1er tour des élections de la C.I…je trouve ça osé et surtout culotté de comparer le Bénin à la C.I sur le plan démocratique…Le Bénin a 20 ans de démocratie avec tous les doutes que cela comporte…et la C.I repart de zéro….Ne crachez ps dans la soupe…..!!!Afficher la suite
    4 novembre, à 23:11 · J’aimeJe n’aime plus

    *
    Lionel Fabrice Kpenou Chobli
    Je pense bien que tu n’as pas lu le préambule à mes remarques : il s’agit d’observations sur la FORME et les processus d’organisation d’élections et de participation des differents acteurs au débat electoral. En termes de progrès, il ne fa…ut pas forcement chercher l’ancienneté mais l’utilité et l’efficience. Si on peut s’enrichir de quelques procédés, il est bon de les analyser et de les implémenter.

    Surtout dans notre contexte actuel de sur-tensions à déjà 6 mois des élections.

    L’avantage de la culture démocratique de plus de 20 ans, de la stabilité des institutions, doit nous permettre même de faire mieux. Mieux que nos dernières élections locales par exemple qui ont été un fiasco.

    Les outils d’opérations électorales utilisés par la CI peuvent bien être des leçons à tirer pour le Bénin. Rien de plus, rien de moins.Afficher la suite
    4 novembre, à 23:20 · J’aimeJe n’aime plus · 1 personneChargement…

    *
    Listo’neal Odom
    Je comprends tes inquiétudes que je trouve bien légitimes…..mais de là tirer des leçons politiques de cette élection je trouve ça un peu osé….Le Bénin a ses expériences socio- politiques et la C.I aussi….Le contexte dans lequel la C.I… a organisé ces élections est différent…Le Bénin a ses propres réalités socio-politiques…Evitons de comparer ou même tenter de comparer…. C’est vrai que sur la forme…ils sont à féliciter,pas plus…surtout que ce n’était pas gagné d’avance…ET puis Lionel tu ne peux pas te baser que sur la forme pour exprimer tes idées….Sur ce je t’encourage sur ton engagement africaniste et politique…Pour un jeune de ton âge c’est encourageant et cela prouve la diversité et la richesse de la jeunesse béninoise…..!!!Afficher la suite
    4 novembre, à 23:34 · J’aimeJe n’aime plus

    *
    Lionel Fabrice Kpenou Chobli
    En fait il se fait que la forme ivoirienne correspond avec une acuité saisissante aux problèmes que l’on considère comme de fond actuellement au Bénin : la sécurité et la consensualité de la liste électorale, les conditions de candidature a…ux élections, la CENA et sa composition, la qualité du débat politique. C’est surtout cela que je pointe au delà des contextes car ce sont des éléments stabilisateurs ou détonateurs dans nos pays. On en reparlera quand ces problèmes vont se poser dans les toutes prochaines semaines au Bénin, certains étant même récurents à chaque élection. Pour exemple, l’Inde a été l’un des tous premiers pays à adopter le vote automatique, bien avant les puissances occidentales. Ont-elles eu honte de s’en inspirer au motif que l’Inde était à l’époque sujette aux troubles inter-ethniques et aux attentats ? Merci aussi pour l’attention portée à mes modestes contributions. J’espère qu’on pourra discuter de tous ces centres d’intêrets autour d’une bonne chère et d’un bon vin un de ces 4.Afficher la suite
    4 novembre, à 23:44 · J’aimeJe n’aime plus · 1 personneListo’neal Odom aime ça.

    *
    Listo’neal Odom T’inquiète Lionel….Ce serait vraiment avec plaisir..surtout que je sais que tè un amateur du bon vin….!!! lol..On est ensemble….!!!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s