A la découverte du Béninois


Préjugé ou abus de langage ? On dit que le Béninois est individualiste. Tout pour lui. Rien pour les autres. Et parce qu’il serait bouffi d’égoïsme, il n’aime s’associer à personne. Il préfère jouer en solo. C’est pourquoi, dit-on encore, quand le Béninois est près du but et qu’il est en passe de marquer le but, il pourrait, contre toute attente, botter en touche.
Voilà un procès fait au Béninois et qui le cloue au pilori. Beaucoup de Béninois donnent le sentiment d’en assumer le verdict. Comme s’ils se résolvaient, en manière d’autocritique, à accepter ce qui leur est reproché.
Nous ne sommes pas prêts, quant à nous, à suivre ces Béninois. La réalité est plus complexe. Il faut s’interdire de la simplifier. L’observation de notre société, dans son fonctionnement, nous oriente vers le rejet de ce supposé individualisme du Béninois. Les Béninois savent s’associer. Les Béninois réalisent, ensemble, de grandes et belles choses.
Les Béninois sont par exemple très famille, si l’on peut dire. En ce que les choses qui touchent à leur communauté de base ne les laissent presque jamais indifférents. Ils s’investiront sans compter dans les baptêmes, dans les mariages et dans les funérailles, avec force uniformes. Ce sont de grands moments qui rassemblent les membres d’une communauté. Lesquels, par l’affirmation d’un fort sentiment d’appartenance, communient à des valeurs partagées.

C’est cet esprit famille qui se poursuit avec de grandes célébrations comme le Nonvitcha, le rassemblement des Mahis de Savalou, le Gani à Nikki ou « la Pâque ouidanienne » ?
Sur un autre plan, que de découvertes faisons-nous quand nous abandonnons les sphères officielles sur lesquelles se concentrent les caméras de l’actualité médiatique. Prospectons les marges de notre société. Celles qui se situent dans les profondeurs de l’informel ou dans l’anonymat de la marginalité. Allons sur les traces de la tontine par exemple. Ce sont des milliers de banques, bien de chez nous, qui se ramifient et qui irriguent l’univers des affaires dans notre pays. Si les Béninois n’aimaient pas s’associer, comme on veut le faire croire, pourquoi cela marcherait-il ? Et Dieu sait que ça marche ! A côté, c’est plutôt le microcrédit, produit officiel et d’importation qui grince et qui fait du bruit.

[Suite:]

Le Béninois signera des chèques sans provision, mentira à son banquier. Mais jamais il ne trompera son tontinier. L’univers moderne de la banque est impersonnel. L’argent du microcrédit est encore perçu comme l’argent de l’Etat qui reste la plantation de Monsieur et de Madame tout le monde. L’univers de la tontine est balisé de valeurs que nul ne saurait enfreindre impunément. Le tontinier est un être de chair et de sang. C’est un autre soi-même. Rien de comparable avec une entité abstraite comme une banque. Un établissement financier ne sait identifier le client qu’à son numéro de compte. Toutes ces considérations pour aboutir aux deux conclusions que voici.
Première conclusion. C’est faux : le Béninois ne rechigne pas à s’associer aux autres ou à travailler avec les autres. Mais il est plus juste de dire que le Béninois tarde à faire son entrée dans l’espace de l’entreprise moderne. Il en ignore encore les règles et les principes fondamentaux. Il n’y retrouve ni ses repères existentiels ni les valeurs que lui fait porter son éducation de base. Entre le Béninois et l’entreprise de type moderne, il y a lieu de parler d’un malentendu profond qui se traduit par un véritable choc de cultures. Dans ce cas, le soi disant individualisme du Béninois est à tenir non pour un trait de caractère, mais pour un moyen de défense. Juste une réaction contre ce qui perturbe sa vision des choses.
Deuxième conclusion. L’entreprise de type moderne est à repenser en Afrique en général, au Bénin en particulier. L’entreprise est à réinvestir d’un certain nombre de valeurs qui tracent au Béninois, dans sa culture de base, un chemin de destinée, tout en lui indiquant les frontières à ne jamais franchir. C’est le « Gbê do su » des Fon. A redécouvrir. A réinterpréter à la lumière des réalités du monde contemporain. A s’en servir, surtout, pour construire le Bénin de nos rêves.

Jérôme Carlos
La chronique du jour du27 octobre 2011

A la découverte du Béninois

Une réflexion sur “A la découverte du Béninois

  1. ERIC MICHEL dit :

    LA DIPLOMATIE BENINOISE MARCHE SUR LA TÊTE A
    KINSHASA,
    EN REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO
    LA DIPLOMATIE BENINOISE MARCHE SUR LA TÊTE A
    KINSHASA,
    EN REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO

    L’ Ambassadeur du Benin à Kinshasa en RDC Mr Edouard AHO GLELE fait mettre en prison à Kinshasa depuis le 10 janvier 2012, des membres de l’association des ressortissants des beninois en RD Congo. Ces derniers ont fait une marche pour protester contre une augmentation de plus de 500% des frais des actes consulaires, dès la prise de fonction de Mr Edouard AHO GLELE après sa nomination. L’affaire remonte au 09 juillet 2011 quand l’association des beninois en RD CONGO a rencontré la délégation des parlementaires béninois conduite par le President de l’assemblée au sommet des parlements de la francophonie à Kinshasa. Je vous invite à lire la dernière partie du discours en pièce jointe à ce message dans lequel l’association a parlé des difficultés qu’elle rencontre avec l’ambassade depuis l’arrivée du nouveau chef de la mission diplomatique en RDC. Le discours est du « NO COMMENT » et depuis ce discours, l’ambassadeur a promis à ses collaborateurs qu’il aura la peau de cette association et surtout celle de son vice président qui avait osé lire le fameux discours.

    Je me pose quelques questions de bon sens :

    – Quelle association de ressortissants peut accepter une augmentation de plus 500% des frais d’établissement des actes consulaires sans manifester son mécontentement?

    – Les actes consulaires ne constituent-ils pas les seuls documents qui permettent à certains de nos compatriotes de conserver un lien avec le pays d’origine ?

    – Est-ce parce que son excellence Monsieur l’ambassadeur Edouard AHO GLELE avait largement dépassé l’âge légal de la retraite au BENIN avant d’être nommé à ce poste, qu’il ne se préoccupe guère de la défense des intérêts de ses compatriotes ?

    – Le rôle d’un diplomate n’est-il pas de sortir par tous les moyens ses compatriotes des prisons étrangères, et non de les mettre en prison par tous les moyens ?

    Le linge sale se lave en famille et une affaire benino-beninoise ne peut se résoudre dans les prisons étrangères, devant des juridictions étrangères avec des avocats étrangers et tout cela avec l’argent des beninois que cela soit de l’ambassade ou des ressortissants beninois en RDC.

    Je demande aux beninois de la diaspora auxquels s’adresse ce message, d’en faire une large diffusion après un jugement de valeur.

    Aussi, j’interpelle les autorités de tutelle (Monsieur le Président de la République du Bénin son excellence le docteur BONI YAYI et son Ministre des affaires étrangères), au sujet de ce problème qui n’honore guère notre pays. Je leur demande de se saisir de ce dossier afin de rétablir la démocratie dans le fonctionnement de nos institutions diplomatiques à l’extérieur, et principalement à Kinshasa.

    Ceci est un message d’un Béninois de la diaspora.

    L’ Ambassadeur du Benin à Kinshasa en RDC Mr Edouard AHO GLELE fait mettre en prison à Kinshasa depuis le 10 janvier 2012, des membres de l’association des ressortissants des beninois en RD Congo. Ces derniers ont fait une marche pour protester contre une augmentation de plus de 500% des frais des actes consulaires, dès la prise de fonction de Mr Edouard AHO GLELE après sa nomination. L’affaire remonte au 09 juillet 2011 quand l’association des beninois en RD CONGO a rencontré la délégation des parlementaires béninois conduite par le President de l’assemblée au sommet des parlements de la francophonie à Kinshasa. Je vous invite à lire la dernière partie du discours en pièce jointe à ce message dans lequel l’association a parlé des difficultés qu’elle rencontre avec l’ambassade depuis l’arrivée du nouveau chef de la mission diplomatique en RDC. Le discours est du « NO COMMENT » et depuis ce discours, l’ambassadeur a promis à ses collaborateurs qu’il aura la peau de cette association et surtout celle de son vice président qui avait osé lire le fameux discours.

    Je me pose quelques questions de bon sens :

    – Quelle association de ressortissants peut accepter une augmentation de plus 500% des frais d’établissement des actes consulaires sans manifester son mécontentement?

    – Les actes consulaires ne constituent-ils pas les seuls documents qui permettent à certains de nos compatriotes de conserver un lien avec le pays d’origine ?

    – Est-ce parce que son excellence Monsieur l’ambassadeur Edouard AHO GLELE avait largement dépassé l’âge légal de la retraite au BENIN avant d’être nommé à ce poste, qu’il ne se préoccupe guère de la défense des intérêts de ses compatriotes ?

    – Le rôle d’un diplomate n’est-il pas de sortir par tous les moyens ses compatriotes des prisons étrangères, et non de les mettre en prison par tous les moyens ?

    Le linge sale se lave en famille et une affaire benino-beninoise ne peut se résoudre dans les prisons étrangères, devant des juridictions étrangères avec des avocats étrangers et tout cela avec l’argent des beninois que cela soit de l’ambassade ou des ressortissants beninois en RDC.

    Je demande aux beninois de la diaspora auxquels s’adresse ce message, d’en faire une large diffusion après un jugement de valeur.

    Aussi, j’interpelle les autorités de tutelle (Monsieur le Président de la République du Bénin son excellence le docteur BONI YAYI et son Ministre des affaires étrangères), au sujet de ce problème qui n’honore guère notre pays. Je leur demande de se saisir de ce dossier afin de rétablir la démocratie dans le fonctionnement de nos institutions diplomatiques à l’extérieur, et principalement à Kinshasa.

    Ceci est un message d’un Béninois de la diaspora.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s